Navet Confit creuse le sillon de ses archives et sort 10 albums d’inédits

10 juillet 2020

Rendez-vous pour un party de lancement des plus singuliers avec  “LE SPECTACLE D’E L’INTERNET SPÉCI@L DE NAVET CONFIT” le 13 juillet 

Véritable voyage musical dans le temps, le périple à travers les archives de Navet Confit entraîne l’auditeur dans de nombreux détours, au coeur d’un labyrinthe de synapses et de matière grise allumée qui caractérise le cerveau de son créateur. Continuité du travail de recensement effectué pour son premier recueil de textes publié l’an dernier aux éditions Somme Toute, Navet Confit a profité du confinement pour compiler ce qui constituait son répertoire musical élargi, les perles accumulées sur ses nombreux disques durs et jamais utilisées, des ébauches de chansons, des reprises et des études exploratoires instrumentales. 

Navet Confit en dix temps

Les 10 albums se déclinent en séries à écouter à petite dose, chaque album étant une oeuvre à part entière souvent constituée de pièces ambiantes, naviguant sans limites dans les extrêmes et dans l’aléatoire, du folk à l’électro abstrait (et tout ce qui se retrouve entre les deux).

La première série, Monsieur Confit au Théâtre vol.1-2-3, permet de découvrir les conceptions sonores des pièces Yukonstyle et Nyotaimori, ainsi que la musique composée pour La femme la plus dangereuse du Québec. Ces trois volumes regroupent des ambiances électroniques, des pistes instrumentales calculées et minutieuses, qui, bien que différentes de l’indie rock et du bedroom lo-fi avec lequel l’artiste s’est fait connaître, restent pourtant marquées par le son décalé et le je ne sais quoi qui caractérise son univers. 

Avec Nostalgie Incubateur vol.1-2-3, Navet Confit présente les laissées-pour-compte de son répertoire, soit un amalgame de pièces qui ont failli naître sur un album officiel, mais restées en dormance. À travers elles nous pouvons suivre l’évolution du musicien, son parcours et ses rencontres.

« je suis celui que vous voulez que je sois / medium pepperoni sans emploi
 / je suis une pute de luxe
 / convictions à vendre / je suis dans l’hémisphère polaire
 / gelé pour la terre entière / je suis un chanteur populaire
 / pas populaire »
– Navet Confit, « Électrolyse », Nostalgie Incubateur vol.1


Les quatre derniers albums entraînent vers l’inusité et l’inattendu. Aquaforme, est un album d’expérimentations minimales enregistré en 2002, composé entre autres de sons de toilettes. Bruit de fond dévoile des versions « live de salon » de pièces de ses deux premiers albums et EPs. Navet Confit poursuit cette fabuleuse épopée avec un album regroupant des reprises, Covers de rêves, qui fut enregistré sur plusieurs années (2000 à 2020). On y retrouve entre autres une fabuleuse version traduite de “Daniel” (Elton John) avec Émilie Proulx et une version décalée de “Le monde est fou” (Renée Claude). Finalement, le Skydancer EP est sans doute la plus surprenante de ces nouvelles offrandes, puisqu’il s’agit d’un EP dance de Navet Confit.

LE SPECTACLE D’E L’INTERNET SPÉCI@L DE NAVET CONFIT

Le 13 juillet aura lieu la grande première du “Spectacle d’e l’internet spéci@l de Navet Confit”, un objet hybride entre spectacle en ligne et vidéoclip surréaliste. Navet Confit, avec l’aide précieuse de Von Pleid (caméra, motion design et montage) et Martin Lachapelle (motion design et montage), souhaite insuffler comme à son habitude une bonne dose de wtf à une performance solo, en s’amusant avec le traitement sonore et les écrans verts. On aura droit à un film d’art niaiseux, impressionniste, post-internet et poétique, à voir via la page Facebook de l’artiste.

—————–